Refaisons de la fête de Noël une fête écologique

Noël fut par excellence la fête des petits, des ignorés, des rejetés. Elle était populaire parce qu’ouverte à tous, se contentant d’un sapin, d’éléments décoratifs offerts par la nature, de simples cadeaux qui rappellent l’indispensable fraternité des humains, d’un peu de chaleur partagée au cœur de l’hiver.

 

Et ce, que l’on soit croyant, incroyant ou tout simplement homme !

 

Puis est venue notre société contemporaine faite de consommation, de gaspillages, de luxe et on a vu l’enfant remplacé dans l’auge par une bouteille de vin.

 

Main basse sur Noël par le commerce, la grande distribution, les fêtes qui débordent de produits provenant des quatre coins du monde, au mépris des plus pauvres et de la planète qui trinquent … à leur manière !

 

A l’heure où l’humanité sait que son sort est lié à celui de la Terre et où elle sait que la survie va dépendre de nos capacités à partager et à réduire nos trains de vie, d’urgence oui, il nous faut faire de Noël une fête de la simplicité volontaire ; un acte de protestation contre le pillage des ressources, un acte de refus de voir l’écart s’élargir entre ceux qui ont (trop) et ceux qui n’ont pas.

 

Un cadeau fruit de la créativité domestique, un geste qui dit plus que le clinquant et l’inutile, une attention aux exclus bref, nous pouvons rendre à Noël ses vraies couleurs.

 

Au fond, faire de la fête de Noël une fête écolo, ce n’est jamais que respecter le sens même d’un texte écrit par un certain Matthieu …

J.M.Lex

Achat groupé d’arbres: 30 ans déjà

Achat groupé d’arbres: 30 ans déjà

C’est en 1981 qu’Ecolo Plombières a lancé le groupement d’achats d’arbres fruitiers et forestiers et de plants de haies. Chaque année une centaine de commandes et des hectares de vergers, de jardins repeuplés avec les anciennes essences typiques du pays de Herve.

2011 qu’est-ce qui a changé ? Certes, la nature continue de reculer ; la biodiversité est très en danger et les conditions de vie sur terre ne cessent de se dégrader du fait de l’activité humaine. Nos communes rurales ne sont pas en reste dans cette dégradation alors qu’elles constituent un réservoir de biodiversité.

Une prise de conscience s’accélère, y compris dans notre commune

(suite…)

Agriculture: dangereuse supercherie les agro-carburants

 

Que ce soient les multinationales, les pays riches ou ceux disposant de peu de terres agricoles productives, tout le monde se jette sur les terres pour s’assurer la possibilité de produire les matières organiques nécessaires à la production d’énergie et en particulier d’agro-carburant.

Et tant pis pour le milliard d’humains qui a faim.

D’abord satisfaire les besoins de ceux qui savent payer, de ceux qui disposent de voitures.

Cette direction, l’Europe l’a prise elle aussi en imposant l’introduction d’un pourcentage croissant de biodiesel dans le carburant.

Plusieurs dangers à ce choix politique :

  • ·Il n’encourage pas la réduction des km parcourus en voiture individuelle et ne prépare pas la population à DEVOIR le faire lorsque, dans 10 ou 15 ans, les carburants seront vraiment devenus un luxe.
  • ·Il contribue à augmenter la pression sur les terres qui devraient être laissées à la régénération de la biodiversité et à l’augmentation de la productivité à l’hectare et donc renforce l’industrialisation de l’agriculture, alors que celle-ci devrait redevenir l’affaire des paysans, des agriculteurs, des fermiers autrement dit d’hommes et de femmes qui savent comment respecter la terre.
  • ·Comme déjà évoqué, cette tendance aggrave la pression à la hausse des prix des matières agricoles et augmente le nombre des humains qui ne peut plus se nourrir.

L’alternative, c’est la mobilité collective et la mobilité douce, la marche et le vélo et, comme c’est le cas à Plombières, de mettre l’accent pour les courts déplacements comme le prévoit le Plan communal de développement rural (PCDR), sur un riche réseau de chemins entre les quartiers et les villages.

                                                                                                 J.M. Lex

Ressource minérale limitée connaît sa date d’épuisement

On a beaucoup évoqué l’épuisement des énergies fossiles, on parle trop peu de la fonte des réserves de ressources comme le cuivre, le zinc, le plomb et tous les autres métaux et minéraux disponibles pour l’activité humaine.

Or, pour la plupart, l’étude commanditée par les Nations Unies révèle que les réserves seront épuisées d’ici 20 à 60 ans. Encore un cadeau empoisonné pour nos enfants.

La même étude révèle que 85 % des métaux consommés dans le monde le sont par seulement 20 % des habitants !!!

Les prix des matières premières flambent depuis plusieurs années, sous la pression de pays comme la Chine et l’Inde qui sont devenus les usines des pays riches.

Une fois de plus, la balle est entre nos mains. Réduire nos consommations, rechercher le bien-être et le bonheur dans d’autres directions que l’accumulation d’objets, ne rien jeter mais toujours privilégier le réemploi ou le recyclage.

En particulier pour les plus jeunes parmi nous : apprendre à résister aux sirènes de la mode, du dernier cri, de la petite touche supplémentaire qui te fera accéder au bonheur suprême, en attendant la sortie du G suivant qui, à son tour, offrira des possibilités supplémentaires …

Bref, résister ensemble à une société qui veut faire de tous des filles et des fils de…pub !

J.M. Lex